LA DÉPÊCHE DU CCAPL – 23 juillet

Aïd moubarak !

Cette semaine a lieu la fête musulmane de l’Aïdel-Kébir ! L’occasion pour nous de revenir sur la signification de cette célébration mais aussi sur les dispositions particulières mises en place cette année pour contrer la pandémie.

L’Aïd el-Adha (aussi appellée,  Aïd el-Kebir) est à traduire par « la grande fête », par opposition à l’Aïd esseghir (ou Aïd el-Fitr), soit « la petite fête » qui marque la fin du jeûne du mois de ramadan (Voir l’article de Akram Belkaid).  

Cette « fête du sacrifice », que l’on désigne de manière inappropriée en Occident par l’expression « fête du mouton », est la plus importante fête musulmane. Elle commémore l’acte de soumission du prophète Ibrahim (Abraham) envers Dieu. Selon le récit coranique, Ibrahim accepta – sur ordre divin – de sacrifier son fils Ismaïl (Ismaël) ; juste avant le coup fatal, l’archange Gabriel apparût pour remplacer l’enfant par un bélier.

Notons, que contrairement à une idée reçue, le sacrifice du mouton (ou d’un autre anima) ne fait pas partie des cinq piliers de l’islam et n’est donc  pas une obligation formelle, même si la grande majorité des musulmans le considèrent comme tel.

Comme chaque année, l’Aïd clôture le Hajj, la période des pèlerinages, qui -quant à lui – correspond bien à un des cinq piliers.

Alors qu’est-ce qui change cette année ?  L’Aïd el-Kebir 2020 avait déjà été marqué par la pandémie de Covid-19 et, force est de constater, qu’il en sera de même pour 2021… Dans plusieurs pays du Maghreb, les autorités ont d’ailleurs pris des mesures supplémentaires pour éviter une flambée des cas positifs. Pour ne retenir que deux exemples plus « humoristiques » : à Tanger, les grillades sont interdites dans les rues (Voir l’article de Siham Mdiji), et en Tunisie, on peut désormais acheter son mouton en ligne (Voir l’article de Ahlem Mimouna).

Nous vous souhaitons “Aïd moubarak“, une bonne fête en famille et entre amis !

En vrac dans le monde arabe…

Israël : L’ « affaire Pegasus » fait grand bruit aux quatre coins du monde ! Le logiciel de cyber-espionnage israélien (utilisé par plusieurs pays du monde arabe) a ciblé – entre autres ! – 180 journalistes, 600 hommes et femmes politiques, 85 militants des droits humains mais aussi 65 chefs d’entreprise … (Voir les articles de  Sylvain Cypel, de Middle East Eye et de Radio France)

Liban : Nouveau tollé dans le pays du cèdre : plus de 1,5 milliard de dollars ont été dépensé pour l’achat d’électricité via des navires-centrales depuis 2013. Selon l’opinion publique,  une telle enveloppe aurait permis au Liban de se doter de presque trois centrales terrestres … (Voir l’article de Nada Maucourant Atallah)

Tunisie : Lumière sur les violences faites aux femmes dans ce pays du Maghreb.  Le pays a connu un nouveau féminicide, le 9 mai dernier : Refka Cherni a été tuée par son mari, agent de la garde nationale, avec son arme de service et ce, deux jours après une énième plainte pour violence conjugale ! Le système tunisien de protection, considéré comme inefficace, est aujourd’hui en question … (Voir l’article de Yasmine Akrimi)

Lien Permanent pour cet article : http://www.ccapl.be/la-depeche-du-ccapl-23-juillet/

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.