LA DÉPÊCHE DU CCAPL – 16 février 2024

Égypte : Après une décennie de brouille diplomatique, le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a reçu au Caire son homologue turc Recep Tayyip Erdogan pour la visite de la réconciliation. Ce sommet bilatéral a permis aux deux diplomaties de réunir autour d’intérêts convergeant, tels que les conflits au Soudan ou dans la bande de Gaza (Voir l’article de l’AFP).

Israël – Palestine : Cette semaine, c’est la ville gazaouie de Rafah qui cristallise toutes les tentions. Israël, par l’intermédiaire de son Premier Ministre Benjamin Netanyahu, a annoncé planifier une offensive de grande ampleur sur la ville frontalière.

C’est également dans cette ville qu’ont été libérés deux otages cette semaine :

La communauté internationale est majoritairement opposée à cette offensive et tente d’en dissuader Israël (Voir l’article de l’AFP) : les États-Unis, la Jordanie, la France (Voir l’article de l’AFP), l’Union Européenne, l’ONU, l’OMS (Voir l’article d’Arab News), la Cour pénale internationale (Voir l’article de Middle East Eye), … Tous utilisent les moyens diplomatiques à leur disposition.

L’Égypte est, quant à elle, plus que jamais concernée par ce qu’il se passe dans la Bande de Gaza. En effet, les offensives militaires israéliennes dans l’enclave pressent une population désespérée contre la frontière égyptienne du Sinaï. Les risques de débordement sont donc réels :

Par ailleurs – il n’est pas exagéré de le dire – une telle « résolution de la situation » ne serait pas pour déplaire à une certaine frange de la société israélienne (Voir le billet du Club Médiapart).

Liban : La tension monte encore d’un cran à la frontière sur du Pays. De part et d’autre, Israéliens comme Libanais dénombrent leurs morts (Voir l’article de Najia Houssari). Ces incursions et bombardement font craindre une véritable déclaration de guerre :

Libye : Des nouvelles en provenance de ce pays toujours divisé par des luttes internes !

Intervenant lors du Sommet mondial des gouvernements (WGS) à Dubaï, le Premier ministre libyen par intérim, Abdel Hamid Dbeibah, a déclaré qu’il s’attendait à être le dernier chef d’un gouvernement de transition dans le pays. Selon lui, les réformes politiques et économiques commençaient à prendre forme, à tel point que le pays pourrait « respirer à nouveau » (Voir l’article d’Arab News) :

« Nous avons travaillé à la restructuration de l’éducation, des infrastructures, de l’énergie et de la santé. Pendant près de dix ans, l’électricité était constamment coupée en Libye, mais nous avons déployé des efforts considérables pour résoudre ce problème et, aujourd’hui, elle n’a pas été coupée une seule minute depuis un an et demi », a ajouté le Premier ministre. 

Le Premier ministre libyen par intérim, Abdel Hamid Dbeibah. (Photo fournie à Arab News)

Soudan : les Émirats arabes unis alimenteraient-ils le conflit au Soudan ? C’est ce qu’explique le média en ligne, Middle East Eye.

Selon eux, les paramilitaires des Forces de soutien rapide (FSR) sont soutenus en munitions face à l’armée soudanaise par un réseau d’approvisionnement, originaire du Golfe et transitant via la Libye, le Tchad et l’Ouganda (Voir l’article d’Oscar Rickett).

Des fumées s’échappent d’un entrepôt dans le sud de Khartoum, le 7 juin 2023. © AFP

Syrie – Turquie : Un an après le terrible séisme qu’a connu la région, la situation est malheureusement loin d’être revenue à la normale…

Syrie : France 24 revient cette semaine sur un cas d’ « abandon de marins », une pratique peu connue qui consiste à abandonner un navire et son équipage dans un port étranger sans moyen de retour ou de subsistance. C’est ce que vit un équipage syrien bloqué depuis deux ans en mer d’Arabie :  

Tunisie : Le Forum tunisien des droits économiques et sociaux (ONG spécialiste des questions migratoires) a annoncé cette semaine le triste décompte des migrants morts ou disparus devant les côtes tunisiennes en 2023. Ce nombre dépasserait les 1 300 personnes ! Selon l’ONG, il s’agit là d’un record… L’experte en migrations au sein du FTDES, Islem Ghaarbi, précise qu’au moins deux tiers de victimes étaient originaires d’Afrique subsaharienne (Voir l’article de Middle East Eye & Agences).

© AFP & Fethi Belaid

Ce nombre correspondrait également à près à la moitié des morts et disparus en Méditerranée. En effet, plus de 2 498 personnes sont mortes ou ont disparu au cours de l’année en Méditerranée centrale, soit 75 % de plus que l’année précédente, selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Yémen : La coalition, menée par les États-Unis et le Royaume-Uni, maintient la pression sur le Yémen, avec en ligne de mire les milices houthies. Pour rappel, celles-ci – au nom de la cause palestinienne –prenaient à partie des bateaux à proximité du détroit de Bab el-Mandeb (Mer Rouge).

Le contre-amiral Marc Miguez s’adresse aux médias sur la passerelle du porte-avions USS Dwight D. Eisenhower, en mer Rouge (le 12 février 2024). © Reuters

La coalition a mené des frappes dans la province d’Al-Hodeïda au Yémen, contrôlée par les Houthis. Ces frappes visaient des installations militaires, des lanceurs de missiles et de drones, ainsi que des magasins de munitions dans le district d’At Tuhayta, dans l’ouest de la province (Voir l’article de Saeed Al-Batati).

1 thought on “LA DÉPÊCHE DU CCAPL – 16 février 2024”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *