LA DÉPÊCHE DU CCAPL – 30 juillet 2021

Quand le monde arabe fait son sport !

Ah les Jeux Olympiques ! La grande messe du sport que beaucoup attendent tous les 4 ans … ou 5, pour cette édition…

Le sport et les jeux font partie intégrante de l’histoire de l’humanité et, en tant que tel, a parfois été le reflet de changements sociétaux : on pense à Jesse Owens, athlète noir américain, devenu quadruple médaillé d’or en 1936 à Berlin sous les yeux d’Hitler … ou encore, le poing levé du “Black Power” aux Jeux olympiques de Mexico, en 1968, lors de la cérémonie de remise des médailles …

Mais que savez-vous de la participation des pays arabes ?

Sport et Femmes

S’il y a un point sur lequel on peut s’accorder, c’est le fait que les femmes n’ont pas le même statut et les mêmes droits dans les différents pays du monde arabe. Or, les Jeux Olympiques ont cet extraordinaire pouvoir d’offrir aux athlètes une scène internationale très médiatisée. Les femmes ont su s’en saisir pour faire évoluer leurs conditions. En voici quelques exemples :

À Tokyo, on pourra – entre autres – assister au premier match de basket, arbitré par une femme portant le foulard ! Même plus : Sara Gamal sera la première arbitre de basket-ball arabe, africaine et portant un hijab (Voir l’article de Lebo Diseko).

Source: BBC

Notons que d’autres sportives avaient ouvert la voie lors des JO de Londres en 2012 (Voir l’article de Maria Magassa-Konaté)

À Tokyo, on assistera également à l’entrée de certaines femmes dans un monde, il faut le reconnaître encore très masculin. La première sera à soutenir lors du concours d’haltérophilie : Mahassen Hala Fattouh sera en effet la première femme à représenter le Liban dans cette discipline (Voir l’article de Bassam Zaazaa) !

Source: Instagram

Quant à l’Arabie Saoudite, nation patriarcale s’il en est, elle a autorisé des athlètes féminines à participer aux jeux Olympiques cet été ! Si cela vous semble anodin, sachez que les compétitions sportives sont d’ordinaire interdites aux femmes dans le pays et qu’il s’agit donc d’une grande première (Voir l’article de SaphirNews) !

Sport et politique

De la politique aux JO ?! Eh bien oui et pas là où on l’imagine ! Il ne sera pas question ici des tractations précédant l’attribution des jeux mais bien de l’impact de la politique internationales sur les athlètes eux-mêmes !

Savez-vous par exemple que cette compétition a été témoin de sportifs refusant d’affronter un adversaire, pour des motifs politiques ou religieux ? Et plus d’une fois (Voir l’article de L’équipe) … Le dernier fait en date est le forfait d’un judoka algérien pour éviter d’affronter un Israélien. Décision personnelle ou pressions politique ? Qui peut savoir …. Fethi Nourine, désormais suspendu par la Fédération internationale de judo, a déclaré : « Nous avons travaillé dur pour nous qualifier pour les Jeux, mais la cause palestinienne est plus grande que tout cela » (Voir l’article de l’AFP).

Source: Twitter

En vrac dans le reste du monde arabe …

Israël : En titrant « Les entreprises veulent avoir le Mossad chez elles », le média l’Orient XXI (Voir l’article de  Jean Stern) est assuré d’attiser la curiosité de ses lecteurs. Dans l’article, on apprend ainsi que – alléchés par des promesses de high-tech sur mesure, dans la lignée du désormais célèbre logiciel Pegasus –, des patrons français de l’industrie comme des services se précipitent en Israël ! Et ce, bien que l’intelligence artificielle et la cyber-sécurité qu’ils achètent, doivent beaucoup à la répression des Palestiniens…

Liban : Le 4 août, Beyrouth fêtera le triste premier anniversaire de l’explosion de son port. Que dire de la situation libanaise un an après ? Un bilan affligeant : la politique est toujours aussi instable, les hommes au pouvoir se succèdent et se ressemblent (Voir l’article de LibanNews) en ne laissant qu’un infime espoir de changement (Voir l’article de Claude Assaf et celui de Mounir Rabih). Quant aux points de vue économiques et sociaux, rien de bien meilleur : un emplâtre sur une jambe de bois pour la crise de l’approvisionnement en essence (Voir l’article de Fouad Gemayel & Philippe Hage Boutros) et une précarité, même alimentaire, qui touche de plus en plus de Libanais (Voir l’article de Lyana Alameddine).

Dans ce contexte, on comprend aisément pourquoi les sorties médiatiques de certains politiciens défrayent la chronique : on en tient pour preuve les réactions à la suite du somptueux mariage de la fille d’un député … (Voir l’article de LibanNews) ou encore le patrimoine immobilier de Riad Salamé (gouverneur de la Banque du Liban) en France (Voir l’article de Nada Maucourant Atallah).

Un nouveau premier ministre changera-t-il la donne ? Rien n’est moins sûr … Découvrez qui est Nagib Mikati, le milliardaire de Tripoli, désigné Premier ministre avec 72 voix, dont celles des députés du Hezbollah ! (Voir l’article de L’Orient Le Jour et celui de  Mounir Rabih)

Maroc: Au Maroc, à l’heure où le royaume accueil ses premiers touristes israéliens (Voir l’article de Média24), c’est l’affaire Pegasus qui fait l’actualité. Pour rappel, Pegasus est un logiciel espion mis au point par NSO Group, une compagnie israélienne.

Vous l’aurez compris, le « projet Pegasus », dévoilé par Forbidden Stories, Amnesty International et 17 médias internationaux, met au jour un nouveau scandale de surveillance mondiale (Voir l’article de Yasmine Sellami). Mais qui sont les victimes de Pegasus ? Parmi d’autres, des personnalités du hirak algérien, des diplomates européens, mais aussi Mohammed VI et son entourage, … (Voir l’article de Malek Bachir  et celui de Aida Alami)

De gauche à droite en partant du haut : Mohammed VI, Xavier Driencourt, Abdelkader Messahel, Emmanuel Macron, Moulay Hicham, Salma Bennani, Ahmed Gaïd Salah, Lakhdar Brahimi, Saïd Bouteflika, Bachir Tartag, Zoubida Assoul, Ramtane Lamamra
Source : AFP/MEE

Dans un monde où tout le monde surveille tout le monde (Voir les articles de Médiapart, de  Benjamin Barthe, de  Jean Stern et celui d’Amnesty International), faites le point sur cette histoire d’espionnage moderne !

Pays du Golfe : Arabie saoudite, Oman, Koweït… autant de « pétro-États » qui entament une transition économique difficile et à risque ! Les protestations face aux tentatives d’ajustement se multiplient et la jeunesse risque de demander des comptes à ceux qui ont dirigé depuis des décennies. Découvrez la complexité de l’avènement de l’ère post-pétrole ! (Voir l’article de Sébastian Castelier)

Palestine: Deux mois après les affrontements avec le voisin israélien, le temps semble figé et la reconstruction est loin d’avoir commencé : il y a encore des débris partout, des habitations pulvérisées, des routes éventrées où l’on a placé du sable, çà et là, pour que les voitures puissent circuler, … (Voir l’article d’Alice Froussard)

Malgré cette situation, un magasin de musique est encore debout dans la bande de Gaza … Pour certains, résister face à l’occupation, exprimer ses sentiments, sa souffrance, ou juste passer à autre chose, se fait par la musique (Écouter le podcast de France Culutre).

Tunisie: Alors que les Tunisiens célébraient leur première médaille d’or en natation, décrochée par Ahmed Ayoub Hafnaoui (Voir l’article de Ahlem Mimouna), la situation du pays est au plus bas… Crise sanitaire, crise économique, crise politique (Voir l’article de Thierry Brésillon) et maintenant « un coup d’État » (Voir l’article de  Thierry Brésillon et le reportage de la RTBF)…

Lien Permanent pour cet article : https://www.ccapl.be/la-depeche-du-ccapl-30-juillet-2021/

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.