LA DÉPÊCHE DU CCAPL – 23 février 2024

Arabie Saoudite : Alors qu’ils étaient (avant le 7 octobre) en bonne voie de normaliser leurs relations avec Israël, le Royaume saoudien vient de prendre position contre l’État hébreu devant Cour internationale de justice (CIJ).

L’ambassadeur saoudien aux Pays-Bas, Ziad al-Atiyah, devant la CIJ (20 février 2024). (Capture d’écran faite par Arab News)

Aux côtés des représentants de l’Afrique du Sud, de l’Algérie, des Pays-Bas, du Bangladesh ou encore de la Belgique, l’Arabie Saoudite a plaidé devant la Cour, en condamnant les actions d’Israël dans les Territoires palestiniens et en les qualifiant de « juridiquement indéfendables ». Et d’ajouter qu’Israël est responsable du non-respect du droit international, notamment en ce qui concerne le traitement des civils à Gaza et l’impunité persistante (Voir l’article d’Arab News).

Égypte : Coup dur pour le pays ! Comme nous l’avons compris lors de notre dernière conférence sur le sujet, l’Égypte se trouve dans une situation économique et sociale critique. Or, l’une de ses sources de revenus, à savoir le Canal de Suez, s’est drastiquement réduite lors de ces dernières semaines :

En effet, les récentes tensions en mer Rouge ont eu pour conséquence de pousser les armateurs à éviter le canal. Selon les premières estimations, les revenus du canal de Suez ont déjà « baissé de 40% à 50% » en 2024 (Voir l’article de l’AFP).

Union européenne : Parmi les membres de l’Union, l’offensive israélienne à Rafah (sud de la bande de Gaza) inquiète :

Israël – Palestine : Cette nouvelle semaine de conflit a été marquée par un statut quo diplomatique. Tout comme l’espoir d’une trêve prochaine s’éloigne, un cessez-le-feu semble lui aussi compromis. Alors quelle solution pour Gaza (et, par extension, pour les Palestiniens) ? (Voir l’article de David Hearst)

Dans la bande de Gaza, la situation continue cependant d’empirer. Au sud, la population réfugiée vit dans la crainte d’un assaut sur la ville frontalière de Rafah (Voir l’article de Rayhan Uddin). L’Égypte se prépare d’ailleurs à un éventuel mouvement de population qu’engendrerait une opération militaire dans une zone aussi peuplée :

Le nord de la bande de Gaza est, lui aussi, en grande souffrance. Alors qu’une partie de la population tente de remonter dans ce secteur dévasté, l’ONU a été contrainte d’y arrêter son aide humanitaire. Cette difficile décision aura sans nul doute de graves conséquences sur une situation alimentaire déjà difficile.

Les livraisons d’aliments et de biens de première nécessité étaient devenues extrêmement difficiles ces dernières semaines : les routes impraticables, les bâtiments détruits et les fouilles détaillées des camions de livraison rendent en effet l’approvisionnement trop rare et réduit, au regard du nombre de bénéficiaires.

De plus, des manifestations de citoyens israéliens encouragent le gouvernement hébreu à filtrer encore d’avantage l’entrée des camions d’aide dans la bande de Gaza (Voir l’article de Middle East Eye).

© Middle East Eye

Heureusement, il reste encore de rares lueurs d’espoir pour un vivre ensemble dans la région. Ces initiatives sont donc à relayer sans modération :

Liban : Le pays du Cèdre a été touché par des frappes israéliennes. Cette fois, l’armée israélienne affirme avoir visé des « dépôts d’armes du Hezbollah », dans une localité du sud du Liban.

L’attaque a fait 14 blessés selon les premières informations (Voir l’article de l’AFP).

Libye : un premier pas vers un retour à la normale ? Cela pourrait bien être le cas : les milices qui contrôlent la ville de Tripoli depuis dix ans et le gouvernement libyen viennent de signer un accord afin que les premiers quittent la capitale.

Maroc : Cette semaine, le royaume célébrait ses relations diplomatiques avec les États-Unis et se félicitait des exercices militaires communs :

Tunisie : Les membres de l’opposition continuent leur combat politique contre le président Kais Saied. Rached Ghannouchi, le leader du parti islamiste Ennahda, emprisonné depuis avril 2023, a annoncé cette semaine entamer une grève de la faim :

Yémen : Le Houthis continuent leurs attaques en Mer Rouge. Cette fois, ils ont pris pour cible des navires américains et britanniques ; ces deux  pays sont  – et ce n’est sans doute pas un hasard – sont à la tête de la coalition internationale qui tente de venir à bout des tensions dans la région du Bab el-Mandeb.

1 thought on “LA DÉPÊCHE DU CCAPL – 23 février 2024”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *